Questions et réponses

  1. L’APEL du Huit

  2. Le myriophylle à épis

  3. La navigation sur le lac

  4. Les sédiments

1. L’APEL du Huit

 

Qu’est-ce que c’est l’APEL du Huit?

L’APEL, c’est une association qui est vitale pour les riverains du lac.  Ni la municipalité, ni la MRC, et ni le gouvernement ne vont jamais s’impliquer autant pour assurer la protection du lac et de son environnement.  Ce n’est pas leur rôle.

 

L’APEL vit grâce à l’implication de bénévoles qui vivent autour du lac.  Cette association s’occupe de protéger la qualité de l’eau du lac et son environnement immédiat, pour le bénéfice des riverains.  Son conseil d’administration constitué de huit membres se dévoue bénévolement pour assurer cette protection, mais de plus en plus, devant l’ampleur de la tâche, il est devenu nécessaire que d’autres riverains apportent leur aide.

Le lac du Huit, c’est l’attrait de ce lieu!  Sans le lac, il n’y a plus d’attrait.  Chaque riverain met son cœur et son argent dans une belle résidence, un beau terrain, de belles embarcations.  Il paie une assurance pour le tout et pourtant….pas grand-chose pour le lac, sans lequel personne ne voudrait investir autant!

 

Quelle aide pourrais-je apporter?

 

En gros, voici une partie de ce que les bénévoles du conseil d’administration de l’APEL doivent faire :

  • Bouées : chaque printemps et automne, des bénévoles doivent mettre en place et ensuite retirer de grosses bouées sur le lac.  Elles pèsent environ 70-80 livres chacune.  Avec le problème du myriophylle, elles sont de plus en plus nombreuses;

  • Gestion des projets de contrôle des sédiments (travaux près des ruisseaux affluents); 

  • Gestion des projets de retrait du myriophylle (réserver les plongeurs, offrir son quai pour accoster le ponton, voir à nourrir et loger les plongeurs, etc etc;

  • Gestion des projets pour vérifier la qualité de l’eau, l’évolution de la situation des espèces envahissantes, etc

  • Remplir les nombreuses demandes de subventions;

  • Assister à des rencontres d’information (barrage, environnement, municipalité, MRC, etc etc)

  • Planifier et mettre en place des campagnes d’information;

  • Gérer le site Web et les communications sur les réseaux sociaux;

  • Garder à jour le bottin des riverains;

  • Faire la comptabilité;

  • Etc, etc, etc……

Ça fait énormément de travail pour quelques bénévoles.  Votre assistance à certains de ces projets ferait une grande différence.

 

Comment l’APEL réussit-elle à financer toutes ses activités?

 

Avec difficultés.  En 2021, certains membres du CA ont d’ailleurs contribué personnellement de leur poche à la réalisation de certains projets. 

L’APEL dépend de subventions du gouvernement, de la MRC et de la municipalité.  Leur obtention est toujours incertaine et ne couvre jamais l’ensemble de frais.   Depuis 2012, l’APEL reçoit chaque année 10$ par résidence autour du lac (et certains résidents refusent même de le payer…!)

Pour 2021, l’APEL a demandé une hausse de la cotisation à 40$.  Avant que les bénévoles puissent mettre en place un mode/système direct de paiement, elle a grand besoin de continuer à obtenir l’assistance des associations de chemin pour l’aider à recueillir des riverains de leur secteur, le montant de sa cotisation. 

 

2. Le myriophylle à épis

Dans quelle mesure le myriophylle à épis est-il inquiétant pour le Lac du Huit? 

Une vaste majorité de lacs sont maintenant aux prises avec cette problématique.  Une fois établi dans un lac, il est pratiquement impossible d’éradiquer le myriophylle à épis, mais il est possible de le contrôler en mettant les efforts nécessaires.  Dorénavant, il sera requis d’intervenir chaque été pour l’arracher et contrôler son expansion.  Éventuellement, nous devrons nous résigner à installer des toiles au fond du lac, dans les zones les plus importantes.

Dans les dernières années, les choses ont bien changé.  Il faut porter attention à cette problématique qui, il faut se le dire, va en s’aggravant.  Les gens qui naviguent sur le lac doivent absolument respecter les consignes et modifier leurs anciennes habitudes de navigation.  Tous les riverains doivent s’assurer de préserver les bandes de protection riveraines et de ne pas interférer près des ruisseaux affluents pour que des sédiments se déversent dans le lac.

Est-ce que dans quelques années, les zones peu profondes et les berges seront remplies de cette plante?

Avec la collaboration de tous les riverains et des utilisateurs du lac, ainsi qu’avec les travaux d’arrachage et de recouvrement, il devrait être possible de contrôler l’expansion du myriophylle à épis. 

Puis-je arracher moi-même les plans de myriophylle à épis qui se trouvent devant chez moi?

Oui, vous pouvez arracher les plans qui se trouvent devant chez vous.  Toutefois, vous devez en disposer de la bonne manière, c’est-à-dire, les brûler ou les jeter aux vidanges pour qu’ils soient enfouis.  Mais ATTENTION : vous devez vous assurer de récupérer tous les fragments sinon ceux-ci se propageront.

Puis-je installer moi-même des toiles dans le lac pour empêcher que le myriophylle à épis ne repousse?

Non.  Pour pouvoir installer des toiles dans le lac, vous devez préalablement obtenir l’autorisation du ministère de l’environnement et de la lutte contre les changements climatiques, sinon vous vous exposez à des amendes.

Est-il vrai que la présence de cette espèce envahissante peut avoir un impact sur la valeur de ma propriété?

Oui.  Si un lac est infesté par une espèce envahissante, l’impact négatif sur la valeur des propriétés est bien réel.  Toutefois, plusieurs facteurs sont à considérer, dont particulièrement le niveau d’infestation.  Les experts suggèrent qu’il pourrait s’agir d’une perte pouvant varier entre 5% et 20%, selon la situation, d’où l’importance de prendre tous les moyens pour empêcher que la situation ne se détériore.

 

 

3. La navigation sur le lac

Pourquoi ne doit-on pas naviguer entre les bouées et la rive?  Quel est le problème si je circule lentement?

Les bouées sont installées dans des zones de moins de huit pieds de profondeur.  Elles servent de guide, mais il faut éviter de s’y coller, car jusqu'à une profondeur de dix pieds, les impacts se font sentir.  Lorsque vous vous approchez de ces bouées ou pire, lorsque vous circulez entre elles et la rive, votre turbine ou votre hélice soulève et déplace les sédiments.  L’accumulation de sédiments au fond permet au myriophylle à épis de s’implanter très facilement et d'y croître abondamment. 

 

De plus, en naviguant à ces profondeurs et ce, même à très basse vitesse, vous contribuez propager le myriophylle puisque celui-ci pousse dans ces zones moins profondes du lac.   C’est aussi pour cette raison que nous vous recommandons de relever le pied de votre moteur lorsque vous vous approchez de votre quai ou que vous devez absolument passer en zone peu profonde pour vous rendre chez vous. 

 

Quel est l'impact des vagues, et du mouvement des hélices ou des turbines sur les poissons?

 

Lorsque vous circulez en zone peu profonde, le mouvement de votre hélice ou de votre turbine soulève les sédiments, ce qui réduit considérablement le taux d'oxygène dans l'eau.  Ainsi, vous empêchez les poissons de respirer en bouchant leur branchies, et le mouvement que vous causez empêche leurs œufs de bien se développer.   L'accumulation de sédiments réduit considérablement la qualité des frayères, de sorte que les poissons vont finir par les délaisser et ainsi, la population de poisson va diminuer, jusqu'à possiblement disparaître. 

Pourquoi doit-on réduire sa vitesse à moins de 10 km/h entre l’Île et la presqu’île?

Vous remarquerez que lorsque vous naviguez à moins de 10 km/h, votre embarcation génère de très petites vagues.  Ainsi, vous protégez cet espace très fragile entre l’île et la presqu’île de l’érosion et comme les berges sont rapprochées et qu’ainsi, vous êtes très près d’une zone à faible profondeur, vous remuez beaucoup de sédiments.  Ce faisant, vous contribuez à créer un environnement propice à l’établissement du myriophylle et à sa propagation.  

 

Lorsque les plaisanciers réduisent leur vitesse, mais que celle-ci est supérieure à 10 km/h, il arrive que le résultat soit encore pire, parce qu’à une certaine vitesse, votre embarcation produit des vagues beaucoup plus grosses que lorsque vous allez à plein régime. 

Le corridor de bouées qui a été installé permet de réduire le risque de façon considérable, lorsque les embarcations se tiennent au centre.

 

 

 

Pourquoi dois-je vider mes ballasts avant de sortir de la zone profonde pour le surfboard ? 

Les études ont clairement démontré que les vagues causées par les embarcations de surfboard qui naviguent avec leurs ballasts remplis, causent de graves dommages à l’environnement d’un lac.  Ces embarcations ne devraient normalement pas circuler à moins de 300 mètres de la rive.  Étant donné la dimension de notre lac, il faut absolument que ces activités se déroulent seulement dans la zone recommandée et que les ballasts soient vidés dès que ceux-ci sortent de la zone, pour réduire l’impact dommageable des grosses vagues qu’ils produisent.

 

4. Les sédiments

Qu’est-ce que c’est un sédiment, dans un lac?

Les sédiments, ce sont des particules en suspension (ils sont déplacés par l’eau qui coule ou l’érosion causée par les vagues).  Ça forme de la vase dans le fond d’un lac et cette vase contient souvent des polluants, comme le phosphate. 

Il faut éviter à tout prix qu’il se déverse des sédiments et qu’il s’en propage.   C’est pourquoi lorsque vous faites des travaux, il vous faut prendre toutes les mesures nécessaires pour retenir la terre que vous excavez et éviter que la pluie ne l’entraine vers le lac.

C’est pour cette raison aussi qu’il faut contrôler les vagues près des berges.  Vous remarquerez que lorsqu’il y a beaucoup d’activité sur le lac, vous n’arrivez plus à voir le fond, près du bord.  C’est parce que des sédiments sont en suspension.  À ce moment, dites-vous que le niveau d’oxygène du lac est pas mal réduit, que les poissons ont du mal à respirer, et que les algues auront éventuellement le champ libre pour pousser rapidement!

Pourquoi est-ce si important de conserver la bande de protection riveraine dans son état naturel?

Les plantes ont des racines qui retiennent la terre.  Elles servent aussi de filtre pour empêcher que le ruissellement de l’eau de pluie n’entraine avec elle des sédiments et des polluants (par exemple, de l’engrais qui aurait malencontreusement été appliqué malgré l’interdiction!).  C’est extrêmement important pour la santé d’un lac de conserver la distance requise par règlement dans son état naturel.

event_questions-reponses-en-macintoshie_
presquile.jpg